Le Niger : enjeux actuels et perspectives 2030

Pays extrêmement pauvre, le Niger n’arrive pas à se développer malgré l’éclaircie dans son ciel apportée par la vente d’uranium.

Découvert et exploité depuis près de 40 ans, le précieux minerai a pourtant tout du diamant rare. Situé dans la région d’Agadez au nord-ouest du pays, une zone désertique et peu cultivable, il aurait pu la transformer et doper son économie.

abidjan monaco resources group mrg
abidjan monaco resources group mrg

Depuis début 2007, les autorités du Niger sont confrontées aux actions de la rébellion touareg, qui réclame une plus grande part pour les populations locales des bénéfices tirés de cette exploitation. Le Niger, peuplé de 15 millions d’habitants, occupe la dernière place au classement annuel de l’indice de développement humain publié en 2009 par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) sur 182 pays membres de l’ONU.

« Le Niger, producteur de pétrole » avance Monaco resources Group

Le Niger produit du pétrole depuis fin 2011 à partir du gisement d’Agadem, dans la zone du TermitTénéré près de la frontière du Tchad. L’exploitation est réalisée en coopération avec la China National Petroleum Corporation (CNPC).

monaco resources group
gabon monaco resources group

Les réserves sont estimées début 2012 à 320 millions de barils, et la production à environ 20 000 barils par jour (production mondiale : 82 000 000 barils par jour en 2010). Le pétrole est transféré par un oléoduc de près de 700 km vers la raffinerie de Zinder, pour y être raffiné(1).

Le pétrole nigérien est resté longtemps inexploité. Le Niger demandait que son exploitation soit couplée à la construction d’une raffinerie couvrant les besoins du pays.

 Les compagnies pétrolières ont refusé, arguant que la raffinerie serait non-rentable, jusqu’à ce que la China National Petroleum Corporation accepte cette condition en 2008(2).

abidjan monaco resources group mrg
abidjan monaco resources group mrg

La raffinerie de Zinder a commencé son activité en décembre 2011 dans la commune rurale d’Ollelewa, dans le département Tanout. Elle est exploitée par la Société de raffinage de Zinder (SORAZ), une coentreprise entre la China National Petroleum Corporation (CNPC) et l’état nigérien. Sa capacité de raffinage est de 20 000 barils par jour. La consommation du Niger étant de 7 000 bbl/j, les 2/3 restants doivent être exportés vers les pays voisins(3).

« L’or une ressource naturelle au Niger » prévient Monaco resources group

La Société des mines du Liptako (SML), coentreprise entre la SEMAFO et l’état Nigérien, exploite la mine d’or de Samira Hill, dans le département de Téra, près de la frontière du Burkina Faso à environ 100 km à l’ouest de Niamey.

La production de la mine est estimée à environ 1 320 kilogrammes d’or en 2011(4) (production mondiale : 2 500 tonnes en 2010).

En 2009, 1 985 kg d’or avaient été produits au Niger, dont 1 770 kg de façon industrielle(5).

monaco resources group
monaco resources group

« Le Niger possède un sous-sol bien exploité » explique Monaco Resources Group

Le charbon ainsi que les phosphates sont aussi recherchés avidement.

La société SONICHAR d’Anou Araren, entreprise parapublique créée en 1975, produit du charbon dans une mine à ciel ouvert depuis 1980(6).

La production, 246 558 tonnes en 2010(7) (production mondiale : 7,2 milliards de tonnes en 2010), est utilisée quasi intégralement sur place dans une centrale thermique, exploitée par la même société, pour alimenter les usines de traitement d’uranium d’Arlit et Akokan, ainsi que les principales villes de la région d’Agadez.

La Société nationale des charbons de l’Azawak (SNCA) a été créée en 2006 pour exploiter et mettre en valeur un gisement de charbon dans le bassin de l’Azawak, à 80 km au nord-ouest de Tahoua. Les réserves sont estimées à 30 millions de tonnes. Le projet comprend la construction d’une centrale thermique de 200 MW et d’une usine de fabrication de briquettes de charbon à usage domestique dans le but de limiter l’utilisation du bois(8).Fin 2011, le projet en est toujours au stade des études de faisabilité.

monaco resources group
monaco resources group

Les phosphates sont exploités dans la région Tahoua.

La cassitérite (étain) a été exploitée dans l’Aïr. Depuis l’arrêt des mines de Taraouji et de Timia dans les années 1980, la production est tombée à 12 tonnes en 2009 (production mondiale : 367 000 tonnes en 2011), dans la localité d’El Mecki.

Citons encore le gypse et calcaire qui alimente la cimenterie de Malbaza. La ressource est importante, mais de peu de valeur.

« Le Plan de Développement Economique et Social »

Le Niger, qui a retrouvé une certaine stabilité politique, pourrait décoller sur le plan économique grâce à ses récentes découvertes de nouveaux gisements miniers et pétroliers.

Des richesses naturelles qui vont permettre au Niger de prendre le virage d’un développement économique maîtrisé grâce au lancement de son Plan de développement économique et social (PDES) entre 2012 et 2015.

Les investissements du PDES sont estimés à environ 8,2 milliards d’euros, financés pour partie le Niger, qui a décidé d’accroître la pression fiscale à 18 % en 2015 (contre 13 %-14 % actuellement), et pour partie par les institutions internationales. 

“Le PDES est un plan extrêmement ambitieux, explique à “La Tribune” le ministre d’Etat en charge du Plan et de l’Aménagement du territoire, Amadou Cissé. Il marque une rupture par rapport au passé du Niger, qui avait rompu avec une politique programmatique depuis près de deux décennies”. D’où la volonté du président “de reprendre un exercice de planification” avec la mise en place d’un ministère du Plan. “Ce ministère doit prendre en charge l’ensemble des questions économiques et de développement du pays afin de permettre d’avoir une cohérence d’ensemble”, que ce soit dans le cadre du PDES qu’avec les partenariats avec les groupes internationaux, explique le ministre.

monaco resources group niger mrg
monaco resources group

« Revisiter le code minier »

Le Niger est en train de revoir toute sa fiscalité, à travers une révision du code minier. C’est qu’explique Amadou Cissé : “Nous avons deux préoccupations fondamentales. Premièrement le Niger doit vraiment affirmer sa souveraineté sur ses ressources pour faire en sorte qu’il tire le meilleur parti de cette exploitation et le faire en tout transparence.

Nous le faisons en mettant en place des partenariats gagnant-gagnant avec l’ensemble des groupes pétroliers et miniers. C’est pour cela que nous allons faire évoluer nos relations avec ces groupes de sorte que nous puissions progressivement parvenir à une maîtrise effective des conditions d’exploitation de nos ressources.

 Deuxièmement, nous devons créer les conditions d’attractivité pour ces groupes afin qu’ils se sentent parfaitement à l’aise, comme une fiscalité attrayante et des conditions d’installation facilitées”. Dans la ligne de mire du Niger, Areva. “Nous voulons revoir les conditions de l’exploitation” de l’uranium par le groupe français “en vue de rééquilibrer notre partenariat”, martèle-t-il.

gabon monaco resources MRG
gabon monaco resources MRG

« Des ressources naturelles pour développer le Niger » annonce Monaco resources group

Le Niger compte s’appuyer sur ces ressources naturelles pour prendre son essor économique et social. “Le plan a été conçu pour faire en sorte que le Niger puisse, en tant que pays naturellement doté de ressources naturelles importantes, parvenir à exploiter au maximum son potentiel minier et pétrolier et à générer des richesses de la manière la plus optimale possible, explique Amadou Cissé.

 Ces ressources doivent bénéficier à l’intérêt général, et donc à la plus grande partie de la population nigérienne”. Et le Niger compte s’approprier de plus en plus son développement. “Le plan devrait amener le Niger à pouvoir bénéficier du maximum de ses ressources pour progressivement s’autonomiser par rapport à son développement”, souligne le ministre d’Etat. Notamment “le Niger doit prendre en charge le fonctionnement et le financement de son développement”. Pour autant, rappelle-t-il, le Niger « a besoin de partenaires” pour la première étape de son développement.

Dans le cadre du PDES, le Niger veut également développer tout un tissu de PME industrielles, “un secteur inexistant”, concède Amadou Cissé. “Au-delà de l’uranium et du pétrole, il y a beaucoup d’autres ressources qui peuvent être exploitées : le fer, le phosphate, l’or et un peu de manganèse.

Par exemple avec la silice, on peut créer de petites industries de verrerie. Ce sont autant d’éléments qui permettent de redynamiser le tissu industriel et en même temps de créer des pôles d’emplois”, explique-t-il. Avec cet axe économique, le Niger compte résorber “le chômage des jeunes, en particulier celui des jeunes diplômés, qui est extrêmement important come partout en Afrique”, souligne Amadou Cissé. “C’est pour cela que le plan a été conçu. C’est un plan de développement durable et inclusif. Il doit générer le maximum d’emplois à travers les investissements”.

monaco resources group niger
monaco resources group

Notes et références :

1) FMI : World Economic Outlook Database

2) Propos d’Ibrahil Iddi Ango, homme d’affaires, invité de l’économie RFI Jeune Afrique le 14 mai 2019

3) Direction Générale du Trésor : Situation économique du Niger et présence française, 2012

4) OpenOil : La mine de Samira

5) Institut National de la statistique du Niger : «Annuaire Statistique des cinquante ans d’indépendance du Niger »

6) SONICHAR, site web

7) Institut National de la statistique du Niger : « Le Niger en chiffres »,2011, p.74

8) Cri de Cigogne : Potentiel énergétique du Niger

monaco resources group niger
monaco resources group
× Comment puis-je vous aider ?